La symptothermie : le Happy ending de mon épopée contraceptive ?

Je n’ai jamais été fan des produits chimiques

J’ai testé beaucoup de méthodes contraceptives, mais jamais celle là : je ne suis vraiment pas assez fiable pour prendre la pilule tous les jours à la même heure. Donc j’ai essayé beaucoup de choses : le patch contraceptif, l’anneau vaginal, les injections… bref tout pour éviter la pilule.

daniel-gonzalez-602501-unsplash-min.jpg

J’ai vite découvert que ça ne m’allait pas du tout. J’avais des sauts d’humeur, je ne me sentais pas bien… J’ai même arrêté d’avoir mes règles pendant plusieurs mois ! Pour moi ce n’était vraiment pas normal, alors j’ai tout arrêté. J’ai passé plusieurs années sans contraception, en dehors du préservatif.

Et puis il y a quelques années j’ai décidé de passer au stérilet. J’étais avec mon copain depuis un moment déjà et on savait qu’on allait rester ensemble. On était stables dans nos vies et dans notre relation. J’ai choisi le stérilet en cuivre parce que les hormones c’est vraiment pas mon truc, pour des raisons personnelles, culturelles et familiales.

Pendant cinq ans tout s’est super bien passé, je n’ai eu aucun problème. Et puis j’ai commencé à me demander si j’allais renouveler mon stérilet. Il faut le changer au bout d’un moment et j’ai profité de ce moment pour me poser à nouveau les bonnes questions. J’ai une nouvelle fois sollicité internet, pour tomber à nouveau sur toutes ces méthodes dont j’avais déjà fait les frais par le passé.

Mon introduction à la symptothermie

Et puis j’ai une amie qui m’a parlé de la méthode de symptothermie. Pour moi ça relevait un peu du culte religieux. Je n’étais pas du tout convaincue. Elle m’a dit de me renseigner davantage et j’ai fait pas mal de recherches pour comprendre de quoi il s’agissait vraiment. J'ai appris que c’est une méthode en totale autonomie qui permet de suivre ses périodes de fertilité et d’infertilité, en prenant régulièrement sa température et en observant sa glaire cervicale puis en consignant ces informations dans un logiciel par exemple pour pouvoir les analyser par la suite.

J’ai découvert que cette méthode a une efficacité tout à fait comparable à celle de la pilule.

Rien à voir avec certaines méthodes obscures testées et invalidées par nos mères et grands-mères. Mais n’ayant pas le courage d’y aller à fond avec la prise de température et l’observation de la glaire, j’ai commencé par m’inscrire sur CLUE ®, une application dont j’avais entendu parler à plusieurs reprises.

Ce qu’y a de bien c’est que cette application t’oblige à te connaître un peu mieux car tu dois rentrer un certain nombre de données sur ton cycle menstruel, tes sensations, tes changements d’humeur, tes émotions, ton activité sportive, tes symptômes et leur caractère récurrent ou non… On se rend parfois compte qu’un symptôme qu’on avait de façon très récurrente est en fait associé à un moment bien précis de notre cycle. Ça peut être la poitrine douloureuse au moment de l’ovulation ou bien une grosse fatigue juste avant les règles. Et si on ne prend pas le temps de noter ça, de voir quand ça intervient, on ne se rend pas forcément compte que c’est lié au cycle menstruel. Même si pour le moment j’ai la flemme d’aller jusqu’à prendre ma température, je sais que c’est la prochaine étape logique dans une démarche de symptothermie.

Malgré ma flemme, je commence ... 

Je trouve ça vraiment nécessaire de mieux se connaître. C’est une première étape pour ensuite en parler avec d’autres femmes, partager des conseils et mettre fin au tabou qui entoure les règles. C’est aussi un rituel qui permet de se poser à la fin de la journée et de se dire « tiens, comment j’ai vécu cette journée dans mon corps ? ».

 la symptothermie c’est avant tout une méthode qui permet de mieux se connaître soi, d’apprivoiser notre corps de femme.

Mais c’est aussi bénéfique dans un couple ! Si on prend le cas d’un couple ou les deux personnes ont leurs règles, ça permet de communiquer à ce sujet et de mieux connaître la personne dont on partage l’intimité. Si on prend le cas d’un couple où qu’une personne à ses règles (et je pense à mon copain par exemple qui lui n’a pas) c’est bien pour lui de savoir où j’en suis, de comprendre pourquoi parfois je suis plus sensible ou plus fatiguée, pourquoi j’ai certaines douleurs ou un changement de libido.

Aujourd’hui mon copain reconnaît parfois des signes que moi je ne reconnais même pas ! C’est bien qu’il puisse associer des comportements à une phase du cycle plutôt que de porter un jugement erroné. Et puis ça ajoute vraiment un sujet partagé dans le couple. Ça arrive que mon copain soit avec moi quand je complète mes données dans l’application et ça lance parfois des discussions. La contraception devient un sujet de couple et pas seulement mon sujet à moi, ma responsabilité.

Et puis même si on est célibataire, je pense que c’est une méthode très bénéfique aussi. Comme je le disais, c’est avant tout une méthode qui permet de mieux se connaître soi, d’apprivoiser notre corps de femme parfois encore très mystérieux pour beaucoup d’entre nous !

Bien sûr ça contribue aussi à « déstigmatiser » les règles parce qu’on en parle beaucoup plus.

Pour revenir sur Clue ®, une des fonctionnalités qui me plaît aussi c’est la possibilité de partager les informations de mon cycle avec des personnes de mon entourage ou même avec le monde entier. J’ai conscience qu’il peut y avoir des réticences à partager ce genre d’information, ne serait-ce qu’avec ses proches, mais je pense que c’est une étape nécessaire pour mettre fin au tabou des règles. La première chose à faire c’est vraiment d’en parler. Sous prétexte de couverture de la vie privée, on a rendu les règles taboues alors qu’en fait c’est complètement naturel et il n’y a aucune raison de ne pas en parler. Qui sait, je passerai peut-être bientôt à la méthode complète. Rendez-vous à ce moment-là pour vous confier mes impressions ?

Dites-moi, que pensez vous de la symptothermie ? Avez déjà testé cette méthode une autre méthode d'auto-observation ?

Répondez simplement dans les commentaires qu’on en discute.

J’ai hâte de vous lire.