Flux instinctif libre, la nouvelle mode : sans tampon ni serviette

Hello I'm menstruating-610x406.jpg

// Si vous n'avez pas le temps de lire cet article, en voici le résumé : on présente en détail le flux instinctif libre (FIL). Le FIL est une pratique qui permet d’arrêter d’utiliser des protections pendant les règles en déchargeant le flux aux toilettes.

Pour celles qui voudraient tenter le flux instinctif libre avec une petite ‘sécurité’ on lance bientôt une nouvelle FEMPO spécialement pensée pour le flux abondant ! //


Allons directement à l’essentiel !

Le flux instinctif libre, pour faire simple c’est une pratique qui permet d’arrêter d’utiliser des protections pendant les règles en déchargeant le flux aux toilettes.

Je sais, je sais cette petite intro fait exploser les questions : QUI ? QUAND ? COMMENT ?  On va voir tout ça au fil de l’article !

Pour résumer une peu la situation :

Qui ? Beaucoup de femmes pratiquent le flux instinctif libre, notamment pour des raisons écologiques, économiques et de compréhension du corps. Quand ?  On en parle beaucoup depuis quelques années, mais certaines femmes le pratiquent depuis très longtemps. Ce n’est pas une méthode nouvelle, mais la libération de la parole fait qu’on peut maintenant toutes la découvrir ! Comment ? Toi aussi ça te surprends qu’on puisse y arriver ? Pourtant, plein de femmes y arrivent, n’hésite pas à tenter l’aventure, mais fais les choses à ton rythme. Globalement, le but est de sentir quand le flux a lieu et soit d’aller immédiatement aux toilettes le déverser, soit de le retenir grâce aux muscles du périnée.

Pour les GRANDES nouvelles qu’on veut partager avec toi : en discutant avec vous on a réalisé l’importance du stress et du tabou qui peut entourer le flux abondant.  Alors, pour aider à maîtriser ça, FEMPO lance bientôt une nouvelle culotte spécialement pensée pour le flux abondant !

Et maintenant, répondons vraiment à toutes ces questions !
Aujourd’hui, on a l’impression de pouvoir de plus en plus s’exprimer sur des sujets longtemps considérés comme tabous, comme  les règles par exemple. Au premier abord, on peut penser que ça fait longtemps qu’on parle des règles et des problèmes qui peuvent y être liés : la fatigue, la douleur etc. Mais en y réfléchissant, est-ce qu’on parle vraiment de nos méthodes de protection : qui utilise seulement des tampons et qui ne peut pas supporter les serviettes hygiéniques ? Ici, en tout cas c’est un espace libre de parole ! Et on a un sujet à aborder : le flux instinctif libre ou “free flow instinct” en anglais.

Flux instinctif libre : qu’est-ce que c’est ?

Le flux instinctif libre c’est une régulation du flux menstruel qui permet de ne pas porter de protection, et de simplement le libérer en allant aux toilettes.

De plus en plus, on trouve des articles qui apparaissent sur le sujet, en positif comme en négatif.

Si tu veux avoir une intro rapide en vidéo, passe une tête sur youtube :

 

Anne-Sophie n'utilise plus de protections hygiéniques depuis 4 ans. Elle nous explique le flux instinctif libre.

J’ai testé pour toi le flux instinctif libre - Bicar&co

Alors, que penser de cette nouvelle (ou ancienne peut-être pour certaines !) méthode qui permettrait de se rendre indépendante des protections ?

Déjà commençons par le principe : La première chose qu’il faut savoir c’est que le flux sanguin n’est pas constant pendant les règles. D’ailleurs certaines d’entre vous l’on peut-être remarqué, il arrive que pendant une heure ou deux il n’y ait rien, et puis tout d’un coup le flux est suffisamment intense pour qu’on le sente.  L’idée c’est justement d’être à l’écoute de son corps, et d’aller aux toilettes au moment où le flux se déclenche. Quand il n’y a pas la possibilité d’aller directement aux toilettes, il faut apprendre à se “retenir” par la contraction des muscles du périnée.

Pourquoi tenter la pratique du “free flow instinct” ?

Cela peut paraître une question banale, mais à mon sens, elle est essentielle. La manière dont on gère nos règles est quelque chose de très personnel. Pour certaines d’entre nous, les règles ne sont qu’un moment légèrement inconvénient du mois, qui ne dure que quelques jours et n’implique ni grande douleur ni grande abondance. Pour d’autres, c’est un véritable fardeau, qui nous impose d’adapter notre mode de vie, de ralentir, de rester au lit avec une bouillote et d’attendre avec impatience l’heure du prochain cachet d’ibuprofène. A partir du moment où le vécu est si différent d’une personne à l’autre, il faut aussi respecter le choix de chacune d’agir différemment.

C’est d’ailleurs ce choix personnel et les raisons de ce choix qui sont abordés dans l’article “Elles ne portent aucune protection pendant leurs règles” dans Madame Figaro.

Alors, qu’est ce qui peut nous pousser à choisir le flux instinctif libre ?

Se libérer. Pour beaucoup d’entre nous, la compréhension du cycle menstruel est limitée, et on s’acharne déjà à savoir pourquoi tous les mois on se retrouve avec du sang dans la culotte ! La pratique du flux instinctif libre peut-être une manière de reprendre le contrôle de ce phénomène, dapprendre à notre corps à s’adapter à notre vie plutôt que le contraire.

Ecologique. C’est assez simple à voir : si on a pas besoin de protection, on arrête de consommer de grandes quantités de tampons ou de serviettes hygiéniques. Il existe aussi d’autres solutions écolos : la cup, les culottes menstruelles.

Economique. Tout comme pour l’écologie, on peut tout de suite voir l’effet sur le porte monnaie

Contact avec le corps. Pour plusieurs, cette méthode est choisie en partie pour se reconnecter avec son corps. L’idée étant qu’apprendre  à contrôler son flux menstruel serait comme apprendre la continence à l’enfant. C’est un moyen de comprendre son corps, d’écouter ce qu’il nous dit : et parfois le message c’est, “va tout de suite aux toilettes sinon tu risques d’avoir une tâche !”

Voilà déjà pas mal de raisons ! Une dernière raison, c’est aussi l’intolérance que nous pouvons parfois développer aux différentes autres méthodes de protection. Pour certaines d’entre nous, il est impensable de mettre un tampon, et la cup est un supplice, sans parler de la serviette hygiénique ! Faute d’alternatives plus agréables, il ne reste plus qu’à tenter sa chance avec le flux instinctif libre.

Quelles sont nos peurs face à l’idée de “free flow” ?

Beaucoup de femmes se lancent dans l’aventure, mais pourquoi une telle quantité d’entre nous restent réticentes ?

Abondance. Une des principales origines de notre blocage mental c’est l’abondance des règles. On a l’impression que ca va être les Chutes du Niagara, particulièrement les premiers jours, et vu la quantité de tampons qu’on doit utiliser pour 1 jour, comment peut-on s’attendre à tout retenir !

La Réponse : La plupart des personnes ayant tenté cette méthode ont constaté que c’est au contraire plutôt pendant les premiers jours qu’on arrive mieux à gérer. En effet, l’abondance fait que l’on ressent plus le moment où le sang coule : notre corps nous envoie des signaux plus faciles à détecter que les derniers jours quand ce n’est presque plus que du spotting.

C’est typiquement ce type de réticences surmontables qui sont évoquées dans l’article de Madmoizelle.

Accidents. Évidemment, une large part de la résistance à cette méthode vient du stress profondément ancré d’avoir une tâche de règles sur nos pantalons. Or, avec le flux instinctif libre, il paraît clair que les accidents arrivent plus facilement qu’avec une protection.

La Réponse : Il n’y a pas de réponse simple à cette question. Déjà, la première chose que l’on peut se dire, c’est qu’il faut arrêter le “period shaming”, on a pas de raison d’avoir honte de quelque chose qui est naturel et hors de notre contrôle. Mais, dire qu’on ne devrait pas être gênées par une tâche de règles ne nous empêchera pas de l’être ! C’est vrai qu’on ne veut pas continuer à voir les règles comme un sujet tabou, et encore moins une honte de la femme, mais ça ne veut pas dire qu’on veut partager avec le monde le fait que l’on ait nos règles! La plupart des femmes qui parlent de cette méthode recommandent d’utiliser une protection ‘de secours’ comme des culottes menstruelles quand elles voient s’étendre devant elle une longue période sans accès possible à des toilettes. Éviter les accidents c’est aussi savoir compromettre : le but c’est d’écouter son corps pas d’essayer de le contrôler avec une poigne de fer.

La vidéo Flux instinctif libre : secrets d’expertes, devrait te permettre de découvrir quelques astuces pour la pratique, et pour éviter ces accidents !

Vigilance constante. En voilà une autre appréhension ! Est-ce-que la pratique du “free flow”  nécessite d’être tout le temps concentrée sur notre corps ? On a peut être le temps d’essayer cette méthode, mais quand on travaille, qu’on a des enfants à la maison, ou qu’on a des obligations pressantes on ne peut pas passer toute la journée à communier avec son corps.

La Réponse : La réponse c’est qu’il n’y a pas de nécessité de vigilance constante. Quand la pratique est installée depuis un moment, cela devient un réflexe d’aller aux toilettes au bon moment, pas besoin de passer sa journée être obsédée sur le sujet : le but est justement de se libérer pas de s’entraver. Cependant, pour les premiers cycles où l’on tente le coup, il est bien de prendre les choses à son rythme et de ne pas se mettre trop la pression : avoir une protection ‘de secours’ peut permettre de se soulager l’esprit et d’aborder le “free flow” comme un challenge stimulant plutôt qu’un sujet d’angoisse.

Dans sa vidéo youtube, Aurore Sovilla aborde la difficulté que peut poser cette vigilance lors des premières tentatives de flux instinctif libre.

La nuit. C’est une question qu’on est nombreuses à se poser : comment on gère la nuit sans protection ? Pour beaucoup d’entre nous, le sommeil ne signifie pas un arrêt total des écoulements, voire il faut changer sa protection pendant la nuit quand c’est très abondant. Mais puisqu’on dort, comment est-ce possible d’être en communication avec son corps ? Pour le coup, l’analogie avec l’urination ne tient pas vraiment, car autant on peut se réveiller naturellement et se rendre compte qu’on a besoin d’aller aux toilettes, autant on n’est pas réveillées à cause de l’envie (sauf dans le cas d’une pathologie).

La Réponse : Il n’est pas évident de trouver une réponse sur ce sujet. Certaines femmes disent que même la nuit elles se réveillent instinctivement (prolongement de l’instinct qui avait été installé pendant la journée) et n’ont donc pas besoin de protection. D’autres ont plus de mal la nuit et continuent à mettre une protection à ce moment-là.

Sur sa vidéo youtube qui porte sur le sujet : Leatitia Birbes raconte justement qu’au démarrage de ses règles, celles-ci la réveillent souvent la nuit.

Un danger éventuel ? - Certains sites, comme Ooreka, affirment que le flux instinctif libre pour dans des cas extrêmes provoquer une endométriose, par reflux de sang retenu dans les trompes utérines. Cependant, aucune étude clinique n’a jusque là été menée sur le sujet.

Les règles sans protection : Un idéal accessible ?

Le flux instinctif libre, c’est une manière de prendre le contrôle de ses règles. Il y a plein de raisons qui peuvent nous faire hésiter, mais les obstacles semblent surmontables. En tout cas le plus important c’est de prendre les choses à son rythme. Il faut commencer par être à l’écoute de son corps pendant les règles, essayer de sentir les signes d’un déclenchement du flux, et surtout ne pas stresser ! Il ne faut pas considérer une fuite comme un échec, le flux instinctif libre, malgré son nom, n’est pas nécessairement facile à pratiquer. C’est un apprentissage progressif, et il faut laisser le temps à notre corps de s’adapter et de répondre à nos ordres.

Si tu veux te lancer dans l’aventure tu peux t’appuyer sur ce livre de Jessica Spina : Le Flux Instinctif Libre : l'Art de Se Passer de Protection Périodique - Guide Pratique  

Cette méthode présente certains avantages marqués :

Diminution de la longueur des règles. Beaucoup de femmes ont remarqué que leurs règles étaient plus courtes avec la pratique du “free flow”. Des menstruations de 7, 8 jours peuvent passer à une longueur plus rapprochée des 4 jours standards. Pour certaines femmes dont le flux abondant et la longueur des règles tend à encourager l’apparition d’une anémie, c’est plutôt une bonne nouvelle !

Diminution de la douleur. Le fait d’avoir un contrôle, une régulation du flux des règles, permet parfois de diminuer la douleur liée aux menstruations. L’origine de cette diminution pourrait avoir plusieurs causes: une baisse de l’appréhension liée à la maîtrise du phénomène, une compréhension que la douleur est simplement le signe d’un écoulement…

Et toi que penses-tu du flux instinctif libre ? Si tu as tenté, partage ton expérience avec nous, on a hâte d’en savoir plus !

FEMPO est actuellement en train de préparer la sortie du modèle flux abondant ! Tente l’aventure avec nous ;) Inscris-toi à la liste d’attente.

Claudette de FEMPO