Mycose vaginale : comment la reconnaître et la traiter ?

1 min

La mycose vaginale est une infection génitale souvent bénigne, qui est engendrée par un champignon de type levure. Il s’agit d’une infection fréquente, puisque 75 % des femmes développent une mycose au moins une fois au cours de leur vie. Démangeaisons, brûlures, mauvaises odeurs : comment reconnaître la mycose vaginale ? Quels traitements sont possibles pour lutter contre ce problème ? Et quels bons gestes adopter pour les éviter ?

Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Le champignon responsable de l’arrivée d’une mycose vaginale est le Candida albicans. Il s’agit d’une levure présente naturellement dans le vagin, souvent sans symptômes. Mais lorsque l’équilibre de la flore vaginale est fragilisé, ce champignon devient infectieux, et fait alors apparaître de nombreux symptômes.

Parmi les plus fréquents chez les femmes qui ont une mycose vaginale, on note tout d’abord l’apparition de démangeaison sur les grandes lèvres, les petites lèvres et la vulve. La présence de pertes vaginales, généralement peu abondantes, et de couleurs blanches très compactes, voire grumeleuses (semblable à du lait caillé), sont également caractéristiques d’une mycose vaginale.

Les femmes qui souffrent de mycoses vaginales peuvent également voir apparaître des rougeurs, et des petits boutons sur la vulve, qui peut être inflammée, gonflée. Par ailleurs, des douleurs dans le bas ventre, des douleurs urinaires et des douleurs lors des rapports sexuels sont souvent ressentis en cas de mycose vaginale.

Les pertes provoquées par la mycose ne sont en général pas malodorantes. Lorsque des mauvaises odeurs (poisson) sont présentes, il s’agit souvent d’un autre type de vaginite : la vaginose bactérienne (également connue sous le nom de vaginite à Gardnerella ou vaginite à anaérobes). Ici, les écoulements seront davantage de couleur blanche- jaunâtre, malodorantes et accompagnés de brûlures vaginales.

Comment soigner une mycose vaginale ?

Lorsque tu suspectes une mycose vaginale, une consultation médicale chez ton médecin ou ton gynécologue te permettra de bénéficier d’un diagnostic précis.

En cas de mycose, des médicaments antifongiques te seront prescrits afin d’éliminer les champignons. Ces médicaments peuvent être pris sous forme de comprimés à prendre par voie orale, ou encore sous forme de crème ou d’ovules à introduire dans le vagin.

Si la vulve présente une inflammation, le médecin pourra également te prescrire une crème locale afin de calmer les démangeaisons.

Pour profiter de réels résultats, et éviter les risques de récidive, il est essentiel suivre le traitement jusqu’à son terme. Souvent, les symptômes disparaissent rapidement, mais cela ne signifie pas pour autant que les germes ont totalement disparus : en effet, le vagin est un terrain favorable pour la survie des germes… Il faudra donc être rigoureuse et patiente !

Il peut être normal d’avoir une à deux infections de ce type par an. En revanche, dès lors que tu as plus de 4 infections par an, la mycose vaginale peut être considérée comme récidivante. Un traitement de fond, prescris par le gynécologique selon ton cas de figure, t’aidera à dire au revoir une bonne fois pour toute à ce petit champignon qui peut véritablement te gâcher le quotidien !

Les bons gestes pour éviter les mycoses vaginales

Pour éviter de déséquilibrer ta flore vaginale, quelques bonnes habitudes sont à prendre. Mais avant tout, commençons par la liste des facteurs qui favorisent l’arrivée des mycoses :

- Une hygiène excessive (douches vaginales, gels douches et savons irritants) ;

- La prise de certains médicaments et d’antibiotiques ;

- Les changements hormonaux : la prise de contraceptifs oraux, la mise en place d’un stérilet hormonal, la puberté, la grossesse, les règles…

- La fatigue, le stress ;

- Le tabac ;

- La fragilisation du système immunitaire ;

- Le diabète ;

- La pratique sportive intensive provoquant une transpiration importante ;

- Les piscines chlorées ;

- Les vêtements et sous-vêtements très serrés et humides, faits avec des tissus non respirants ;

- Le port de protège-slips et serviettes hygiéniques jetables.

Pour lutter contre l’apparition des mycoses vaginales, il est donc essentiel d’adopter une bonne hygiène de vie, mais également de porter de vêtements en tissus naturel, et d’éviter le port de serviettes hygiéniques ou de protège-slips traditionnels jetables, qui contiennent souvent des produits (parfum, composants chimiques, chlore…) qui déséquilibrent la flore vaginale.

Pendant les règles, opte davantage pour les serviettes hygiéniques en tissu, ou pour les culottes de règles, qui laisseront respirer cette zone de ton corps tout en te gardant parfaitement au sec : pour éviter l’apparition de mycoses vaginales, c’est la clé !

Paiement
100 % Sécurisé
Commande expédiée
sous 24/48h
Colis dans ta
boîte aux lettres
200 000 warriors
déjà satisfaites
60 jours pour
un retour ou un échange