La culotte menstruelle comme outil de lutte contre la précarité menstruelle

2 min

Sujet auparavant tabou, comme tout sujet entourant les règles, la précarité menstruelle fait de plus en plus parler d’elle.  

Mais qu’est-ce que la précarité menstruelle ? Qui impacte-t-elle et comment ? Et surtout, comment lutter contre la précarité menstruelle et aider des millions de femmes à mieux vivre leurs règles ? 

Qu'est-ce que la précarité menstruelle ? 

La précarité menstruelle est la difficulté ou le manque d'accès aux protections périodiques en nombre suffisant pour les personnes menstruées. Cette difficulté d’accès est généralement causée par un manque de moyens financiers ou matériels (pas de voiture, par exemple).  

La précarité menstruelle a notamment pour origine le coût des produits périodiques et pour principale conséquence l'exclusion des personnes réglées. 

En 2019, on dénombrait jusqu'à 500 millions de femmes vivant dans la précarité menstruelle dans le monde. Elles sont, entre autres, des travailleuses pauvres, des sans-abris ou des étudiantes. D’après les Décodeurs du Monde, le coût des produits périodiques peut représenter jusqu’à 5 % du budget restant des femmes les plus pauvres, après qu’elles aient payé le loyer, la nourriture et les transports. 

En 2018 en France, les règles concernaient 15,5 millions de femmes, soit un quart de la population. Le coût des dépenses pour les règles varie entre 1 700 € et 5 400 € sur toute une vie (sans compter les médicaments, notamment anti-douleurs, et les sous-vêtements). 

Quels sont les risques de la précarité menstruelle ? 

Les conséquences pour les femmes en situation de précarité sont nombreuses. 

Tout d’abord, le fait de s’inquiéter pour sa prochaine protection engendre un stress conséquent. En effet, selon une étude Ifop, 21 % des jeunes filles et des femmes déclarent souvent éviter d’aller à l’école ou de sortir par manque de protections menstruelles. 

Plus grave encore, certaines se retrouvent en garde à vue pour vol de tampons ou de serviettes hygiéniques.  

D’autres encore utilisent différents systèmes D, parfois dangereux : garder une protection trop longtemps, utilisation de papier toilette, de tissu ou même de papier journal…  

Ces techniques ne répondent pas aux règles élémentaires d’hygiène. De fait, elles peuvent avoir des répercussions plus insidieuses, comme la survenue d’irritations ou d’infections plus graves. 

Une enquête publiée en 2019 par L’Obs a même révélé que dans certaines prisons françaises, des détenues conçoivent des coupes menstruelles avec des bouteilles en plastique.  

Il y a donc urgence à combattre ce fléau qu’est la précarité menstruelle, véritable enjeu de santé publique. 

Quels sont les outils de lutte contre la précarité menstruelle ? 

Il existe une solution simple de lutte contre la précarité menstruelle : la gratuité des protections hygiéniques. 

En 2018, l’Écosse a mis en place la gratuité des protections périodiques pour toutes les femmes du pays. La ministre de l’Enseignement supérieur a également décidé de la mise en place de distributeurs de protections gratuites dans les universités à la rentrée 2021.  

Cette année en France, grâce à Frédérique Vidal, ministre déléguée de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, les étudiantes ont bénéficié elles aussi de la gratuité des protections périodiques. Les collégiennes et les lycéennes peuvent trouver de plus en plus de protections, souvent bio, dans les lieux publics comme les lycées et universités de France.  

Par ailleurs, en 2021, le ministère de la Santé et des Solidarités ainsi que le ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes ont consacré cinq millions d’euros pour combattre la précarité menstruelle. Cette somme a notamment bénéficié aux maraudes et aux épiceries solidaires. L’objectif ? Faciliter l’accès aux produits de première nécessité pour les femmes en précarité et en grande précarité. 

Quels sont les avantages de la culotte menstruelle face à ce problème ? 

La culotte menstruelle vient révolutionner l’univers des règles.  

En effet, quelques années en arrière, en matière d’hygiène intime, nous n’avions pas le choix. C’était tampon ou serviette, voire coupe menstruelle, pour les plus jeunes.  

Les serviettes et les tampons représentent un coût conséquent, puisque ces protections doivent être changées régulièrement et rachetées tous les mois. 

À l’inverse, une culotte menstruelle peut être réutilisée pendant de nombreuses années. Une fois l’investissement de départ réalisé, il n’est plus nécessaire d’acheter des protections périodiques pendant 3 à 5 ans ! 

À terme, cela représente une belle économie. Et c'est le cas chez FEMPO.

Fempo est partenaire de l'association "un petit bagage d'amour" !  

Afin de concrétiser nos valeurs, nous sommes en partenariat avec l’association « un petit bagage d’amour » depuis septembre 2021.  

Cette association fournit des « petits bagages » de première nécessité aux femmes enceintes et aux jeunes mamans en situation de précarité, en France.  

Afin d’aider ces femmes à vivre leurs règles sereinement, nous avons fait don de 4 000 culottes à « un petit bagage d’amour ». Ainsi, de nombreuses femmes auront le plaisir de découvrir nos superbes culottes menstruelles dans leurs kits.  

Mais nous ne nous sommes pas arrêtées là ! D’ici fin 2021, nous aurons donné 15 000 culottes menstruelles à l’association Règles élémentaires et à l’association Première urgence internationale, qui prend en charge des femmes au Mali et au Myanmar.  

D’ailleurs, lorsque vous achetez une culotte menstruelle Fempo, vous offrez par la même occasion une culotte menstruelle à une femme en situation de précarité ! 

Pour aller plus loin : 

FEMPO s’engage auprès de la Maison des femmes pour Noël 

FEMPO aide les femmes en précarité menstruelle 

Bilan 2020 by FEMPO | Engagements et partenariats associatifs 

Paiement
100 % Sécurisé
FREE SHIPPING
à partir de 69 €
Colis dans ta
boîte aux lettres
200 000 warriors
déjà satisfaites