le-syndrome-premenstruel-explications-causes-symptomes-et-traitements

LE SYNDROME PRÉMENSTRUEL : EXPLICATIONS, CAUSES, SYMPTÔMES ET TRAITEMENTS 

Si tu n’as pas le temps de lire cet article, on t’explique ce qu’est le syndrome prémenstruel en détails, comment il se manifeste, pourquoi et que faire si on en est atteinte ! 

Le Syndrome Prémenstruel, qu’est ce que c’est ? 

Le syndrome prémenstruel (SPM) regroupe plusieurs symptômes physiques et émotionnels qui se manifestent généralement 2 à 7 jours avant les règles (parfois jusqu’à 14 jours). Ils disparaissent généralement dès le début des règles ou quelques jours avant ou après.

Plus de 75% des femmes qui ont leurs règles éprouvent un ou plusieurs des symptômes du syndrome prémenstruel avant leurs règles, notamment une légère sensation de crampe dans la zone de l’utérus. 

Quels sont les symptômes du syndrome prémenstruel ?

Bien que chaque femme ait un cycle unique, il y a certains symptômes du syndrome prémenstruel qui sont fréquemment identifiés : 

  • Une grosse fatigue 
  • La poitrine sensible voire douloureuse 
  • La poitrine qui se gonfle 
  • Des maux de tête 
  • Un gonflement du bas-ventre 
  • Des crampes au niveau de l’utérus 

  • Mais maintenant qu’on sait comment le syndrome prémenstruel se manifeste, on peut se demander pourquoi on a ce syndrome prémenstruel ? Qu’est ce qui se passe dans notre corps qui entraine ces symptômes ? 

    Les facteurs et les causes du syndrome prémenstruel

    Dans un premier temps il faut savoir que les causes du syndrome prémenstruel sont mal connues et font l’objet de multiples recherches. On sait que le syndrome est lié à l’ovulation, c’est d’ailleurs pour ça qu’il se produit avant les règles. 

    Les causes biologiques du SPM

    L’explication la plus répandue dépend du niveau d’hormone qui varie dans le corps pendant la deuxième partie du cycle. En effet, la sécrétion d’oestrogènes baisse et parallèlement celle de la progestérone augmente puis chute s’il n’y a pas de fécondation. Les oestrogènes peuvent être à l’origine d’un gonflement des seins et d’une rétention d’eau et la progestérone est normalement là pour l’atténuer. Mais au moment où la sécrétion de progestérone baisse à son tour, il n’y a rien pour atténuer les effets nuisibles de la sécrétion d'oestrogènes.

    Voilà pour les causes biologiques. Mais y-a-t il des facteurs qui ont tendance à aggraver ce phénomène ? 

    Les facteurs de risque 

    Le premier et le plus fréquent est le facteur héréditaire (si vous avez une mère ou soeur qui est atteinte du symdrome prémenstruel). En effet, les antécédents familiaux aggravent les risques de contracter le syndrome prémenstruel.

    Plusieurs autres facteurs de risque sont connus tels que le tabagisme, le manque de sommeil (si vous êtes encline aux insomnies), la sédentarité, l’obésité et la surconsommation de caféine, d’alcool, de sucre ou de viande rouge. Le stress, bien qu’il ne soit pas facteur de risque, peut amplifier les symptômes du syndrome prémenstruel.

    LES TRAITEMENTS DU SPM

    Votre médecin traitant ou gynécologue sera en mesure de vous conseiller des médicaments adaptés à vos syndromes du cycle menstruel (notamment des anti-douleurs).

    Si vous ne souffrez du syndrome prémenstruel que de manière occasionnelle ou légère, vous pouvez tester nos solutions naturelles. On parle notamment de thermothérapie, d’infusions et cataplasmes, de gingembre, de yoga et d’acupuncture.

    On espère avoir pu vous éclairer sur le syndrome prémenstruel : les symptômes associés, ses causes et ses traitements !

    As-tu déjà souffert du syndrome prémenstruel ? Si oui, as-tu ressenti les symptômes que nous avons évoqués ? N’hésite pas à nous mettre un petit commentaire avec tes solutions miracles !