fabienne-viala-gynecologue-obstetricien-specialiste-de-l-39-endometriose

QU'EST-CE QUE L'ENDOMÉTRIOSE ? DÉFINITION, CAUSES, SYMPTÔMES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

Cette maladie liée aux règles touche au moins 1 femme sur 10. Elle est encore peu connue et mal diagnostiquée, alors on vous aide à mieux la comprendre !

On a interviewé Fabienne Viala, gynécologue-obstétricien, pour notre podcast FEMPO. Vous pouvez l’écouter nous parler d’endométriose !

Et si son métier vous intéresse, elle nous parle aussi de sa vocation dans cet épisode !

 

Qu’est-ce que l’endométriose ? Quelles sont les causes de la maladie ?

Pendant un cycle menstruel, tous les mois, l’utérus se prépare à accueillir (ou pas) une grossesse. La muqueuse utérine, ou endomètre, pousse et s'épaissit pendant 28 jours. Au bout de 28 jours, le cerveau voit si on est enceinte ou pas. Si oui, l’utérus garde ce tapis de cellules, sur lequel l’embryon va s’accrocher. Sinon, le tapis de cellules se décolle de la paroi utérine et est éliminé : ce sont les règles ! La plupart de notre sang s'évacue par le vagin, mais il y a aussi un reflux par les trompes, qui fait que plus de 90% des femmes ont du sang dans leur abdomen. Dans ce sang, il y a les cellules d’endomètre. Chez certaines femmes, certaines cellules d’endomètre peuvent migrer, se greffer sur différents organes dans le ventre : à l’extérieur de l’utérus, sur une trompe, un ovaire, l'intestin, ou des espaces derrière l'utérus. Et ça, c’est l’endométriose !

Quand les cellules d’endomètre se greffent, par exemple sur un ovaire, elles se développent de la même façon. Donc, le mois suivant, les cellules poussent dans l'utérus et dans l'ovaire. Au bout du mois, si on n’est pas enceinte, les cellules se décollent, ce qui crée des saignements dans l'utérus et dans l'ovaire. Ce sont d'abord des micro-saignements, mais qui peuvent devenir un kyste de l'ovaire de 6, 7 ou 8 cm de diamètre, rempli du sang qui s'est développé au fil du temps.

La maladie évolue donc petit à petit, tous les mois, si aucun traitement n’est mis en place. L’évolution donne des nodules (formation anormale, arrondie et de petite taille) de plus en plus gros et douloureux, qui vont impacter les organes sur lesquels ils se sont développés. Il y a aussi des causes immunologiques qui font que certaines patientes développent des inflammations au contact des cellules sur les organes, provoquant la greffe cellulaire. Il peut aussi y avoir des facteurs génétiques. La dernière cause possible, ce sont les facteurs environnementaux avec les perturbateurs endocriniens et les dioxines. Des études sont en cours pour rechercher leur lien de cause à effet avec l'endométriose, et mieux comprendre les causes de la maladie 🧐

 --> Cellules endométriales

cellules endométriales

Source : Gynéco Marseille

 

Qui est concerné par l'endométriose ?

Au moins 1 femme sur 10 ! Environ 10% des femmes qui ont de l'endométriose n'auront jamais de symptômes ni de complications. 80% des patientes qui ont de l’endométriose ont entre 25 et 45 ans. L'endométriose après la ménopause est peu connue et représente moins de 3% des cas.

 

L'endométriose s'arrête à la ménopause ?

Généralement oui, l’endométriose est causée par l'évolution mensuelle des cellules endométriales qui se développent en dehors de l'utérus. Au moment où on n’a plus de règles, on n’a plus de stimulations hormonales mensuelles, donc on peut guérir 🤩

Mais ce n'est pas toujours le cas alors il est très important de continuer la prise en charge auprès de son médecin, même quand on est ménopausée 😊

 

Quels sont les symptômes de l'endométriose ?

Les symptômes se développent différemment selon les organes atteints. Les plus atteints sont :

- Les ovaires : les kystes d'endométriose, ou endométriomes, posent des soucis de fertilité

- Les trompes

- Les “culs de sac”, espaces qui sont derrière l'utérus, au niveau des ligaments utéro-sacrés. Ces nodules vont être à l'origine des douleurs dues aux rapports sexuels (dyspareunies)

- Le rectum

- L'intestin, au niveau de l'appendice, par exemple

- La vessie

- L'uretère, canal qui lie le rein à la vessie : les nodules peuvent endommager ces 2 organes

l'endométriose est localisée sur différents organes

Source : santé sur le net

Les principaux symptômes de l’endométriose sont :

- Des règles douloureuses - c’est la première cause de consultation de l’endométriose

- Des douleurs pelviennes en dehors des règles

- Des douleurs anales ou rectales au moment des règles, avec l’envie d'aller aux toilettes ou avec des troubles digestifs (diarrhées) et des troubles urinaires

- Des dyspareunies : douleurs pendant les rapports sexuels

- Une fatigue chronique

- Des troubles de la fertilité

Les symptômes se manifestent plus au moment des règles, puisque c'est le moment où l'endométriose est en pleine activité.

 

Quel est l'impact sur la fertilité ?

Les kystes aux ovaires jouent beaucoup sur la fertilité. L'ovaire est abîmé par le kyste, donc il y a moins de follicules qui peuvent se développer, ce qui augmente le risque d'infertilité.

Aujourd'hui, on fait plus attention qu’avant aux conséquences sur la fécondité d’une opération des kystes de l’ovaire. On adapte le traitement à certaines patientes, en les faisant consulter une équipe de PMA (procréation médicalement assistée) pour faire des préservations ovariennes, avant de les opérer. On peut parfois laisser un kyste de l'ovaire, et accompagner les patientes vers un protocole de FIV (fécondation in vitro), parce qu'on sait qu’une opération serait préjudiciable pour leur fertilité.

 

Comment peut-on diagnostiquer l'endométriose ?

D'abord en s’écoutant, car ce n’est pas normal d'avoir très mal au moment de ses règles ! L’endométriose est souvent diagnostiquée tard, en partie parce que les femmes ne vont pas forcément consulter pour des douleurs de règles. Elles découvrent donc la maladie lorsqu’elles consultent pour d’autres symptômes. 

L’interrogatoire par le médecin va orienter le diagnostic : douleurs pendant les règles, pendant les rapports sexuels, troubles urinaires, digestifs... 

On se fera ensuite prescrire différents examens, principalement radiologiques :

- Échographie endovaginale

- IRM pelvienne

- Échographie endo-rectale

- Coloscopie ou colo-scanner

- Uro-scanner

Pour certains de ces examens, il vaut mieux mettre un gel au niveau du vagin et du rectum, pour pouvoir voir certains endroits. Donc il est difficile de faire un diagnostic chez une adolescente vierge, car on ne peut pas faire d’examen avec un toucher vaginal. Et on fait rarement un toucher rectal à une jeune femme pour sa première consultation.

 

Comment dépister l’endométriose chez les ados ?

En repérant 3 signes :

- Les douleurs de règles très importantes. En médecine, on utilise l'échelle de la douleur qui va de 0 à 10. 0, c'est quand on n’a aucune douleur, 10, c'est quand on a la douleur la plus intense possible. Quand une jeune femme a plus de 7 ou 8 en douleur de règles, c’est déjà un signe

- Un absentéisme scolaire important : elles ont tellement mal au moment de leurs règles qu’elles ne vont pas à l'école.

- Les douleurs de règles ne passent pas avec les antalgiques habituels.

Quand ces trois signes sont réunis, on peut se dire que la patiente a peut-être de l'endométriose. On fait donc un traitement test, pour voir si cela va la soulager.

 

Où peut-on faire les examens pour se faire dépister ?

Ce sont des examens classiques, accessibles partout ! De plus en plus d’équipes sont formées spécialement à l'endométriose. N’hésitez pas à en parler à votre médecin généraliste ou gynécologue, il pourra vous renseigner sur un centre proche de chez vous 😊

Si vous cherchez un spécialiste de l'endométriose, on vous conseille le site MAP - Patho ! C'est un annuaire collaboratif de soignants recommandés par des patients, par pathologie.

 

Quels sont les traitements actuels de l'endométriose ?

Il n’y a pas encore de traitement définitif de l’endométriose, mais les traitements actuels permettent d’empêcher la maladie d’évoluer pendant plusieurs mois ou années.

Même en cas d’endométriose très légère, le plus important c’est de toujours bien se faire suivre par un médecin pour éviter que la maladie n’évolue sans contrôle 😊

 

La première cause de consultation, c’est les douleurs de règles. Si on bloque nos règles complètement, ça va arrêter de saigner dans l’utérus mais aussi dans les autres organes ! Donc ça va permettre d'arrêter des douleurs et faire disparaître des symptômes. Et ça peut aussi faire régresser une petite endométriose 💪

Pour bloquer ou diminuer les règles, il existe plusieurs solutions : 

- Prendre la pilule en continu

- Se faire poser un stérilet hormonal

- Faire une cure de ménopause artificielle

 

Ensuite, on peut traiter l’endométriose par la chirurgie. C’est un traitement plus lourd, pour les endométrioses avancées. Dans tous les cas, le traitement est choisi en concertation entre la patiente et son médecin, en fonction du quotidien de la patiente, de ses symptômes, de son désir de grossesse. Chaque cas est unique donc chaque traitement est individualisé ⭐️

 

L’endométriose ça peut revenir donc il faut parfois se faire ré-opérer non ?

Oui parce qu’il peut rester des résidus de cellules que le chirurgien peut ne pas voir, parce que c'est tout petit une cellule ! Après l'opération, on prend un traitement qui freine les règles car sinon on a des risques de récidive. Et on donc parfois besoin de se faire opérer plusieurs fois.

 

La grossesse guérit-elle de l'endométriose ?

La grossesse représente neuf mois pendant lesquels on ne va pas avoir de règles donc c'est un peu comme si on prenait la pilule en continu. Cela peut permettre de faire disparaître une endométriose pas trop évolutive, ni trop volumineuse. Une endométriose plus évoluée sera mise en pause pendant la grossesse et cela évitera peut-être qu’elle ne recommence tout de suite après. Mais elle peut recommencer et le retour de couches, avec des règles très abondantes, peut notamment la faire évoluer rapidement. Il faudra donc donner à la patiente une contraception qui va bloquer ses règles de nouveau.

 

Qu'est-ce que l'adénomyose et quelle est sa différence avec l'endométriose ?

L’adénomyose fonctionne comme l’endométriose mais dans un organe différent : la paroi de l'utérus. Au niveau de l'utérus, les cellules vont s'incruster dans la paroi qui est assez épaisse (1cm environ). Ça pousse tous les mois, et au bout d’un mois ça saigne. Cela crée des petites cryptes millimétriques sur certains endroits de l'utérus, parfois sur l'ensemble de la paroi utérine. Cette pathologie touche plutôt les femmes de plus de 35 ans. Elles ont aussi des douleurs de règles et des dyspareunies mais le reste des symptômes diffère : il n’y a généralement pas de troubles digestifs mais plutôt des tensions abdominales, et des lourdeurs même en dehors des règles, car leur utérus grossit.

 

Quelle est la cause de l'adénomyose ?

C’est aussi la migration des cellules endométriales. Elles peuvent migrer parce qu'il y a eu des brèches. Par exemple, lors d’une césarienne, on a une cicatrice sur l’utérus, ce qui peut permettre à la maladie de se développer. Il est plus compliqué de retirer l’adénomyose que l’endométriose, car la maladie est plus diffuse dans la paroi utérine.

 

Quel est le traitement de l’adénomyose ?

Les douleurs sont aussi dues aux règles, donc on commence par les bloquer. Comme les patientes ont souvent plus de 40 ans, on pose des stérilets hormonaux. Mais elles gardent parfois une pesanteur car l'utérus reste plus lourd. Donc si aucun médicament ne marche pour les douleurs et qu’elles n’ont pas de désir d’enfant, on fait une hystérectomie : on retire tout l’utérus. Ça les soulage tout de suite en faisant disparaître la majorité de leurs douleurs ! Mais parfois, pour les dyspareunies qui ont duré longtemps, même si la cause a disparu certaines douleurs restent psychologiquement. Donc on peut se tourner vers des médecines parallèles d'aide au bien-être, pour retrouver un équilibre mental et une confiance en soi ! Si vous voulez en savoir plus sur des solutions naturelles pour réduire les douleurs d’endométriose, vous pouvez écouter l’épisode du podcast FEMPO avec Emilie Jourden, naturopathe et prof de yoga ! Elle est atteinte d’endométriose et le yoga et la naturopathie ont complètement transformé son quotidien ☀️

 

Le processus d'infertilité des patientes qui ont de l'adénomyose est différent. Celles qui ont de l’endométriose n'arriveront pas à commencer une grossesse, mais avec l'adénomyose, elles auront plus de difficultés à ce que l'oeuf se niche et auront un peu plus de risques de fausses couches. Avant de débuter une grossesse, on propose un traitement qui met au repos les ovaires et l'utérus, pour après pouvoir redémarrer les cycles de stimulation et faire en sorte que la patiente soit vite enceinte, en lui évitant de rester avec des règles douloureuses et un risque d'évolution de la maladie.

 

Avez-vous un conseil à donner aux femmes qui nous écoutent et qui souffrent d'endométriose ?

Déjà, en parler : si vous avez l'impression d'avoir un praticien qui ne vous entend pas, vous avez le droit de changer de médecin ! Il faut parler de tous ses symptômes, ne pas en négliger ! Il est important de ne pas arrêter son suivi, pour vérifier que tout va bien. Vous pouvez aussi prendre soin de vous à travers les médecines alternatives, le yoga, l'acupuncture, l'ostéopathie, la relaxation, la naturopathie...

 

Ensuite, il est important de savoir qu’on n’a pas forcément de l’endométriose dès qu’on a des règles douloureuses. On peut aussi avoir de l'endométriose qui n'aura aucun impact par exemple sur la fertilité. Il y a beaucoup de femmes qui ne savent pas qu’elles ont de l’endométriose, et qui n'auront aucun problème pour avoir un enfant et ça c’est important !

 

On te laisse découvrir le retour de nos utilisatrices souffrantes d'endométriose : 

Victoire, Salut FEMPO, je viens de recevoir ma power ++ édition lumière et elle est sublime <3 J’ai depuis plusieurs années de l’endométriose et adénomyose. Je me suis aperçue que mon premier jour de règles (le plus douloureux pour moi) était plus vivable en culotte menstruelle qu’avec une cup, d’où mon achat pour gérer un flux assez abondant ce jour là, donc je voulais simplement vous remercier de m’aider ces jours plutôt compliqués <3

Anonyme, Bonjour ! Je n’ai pas pu résister à vous envoyer mon avis aussi ! Je suis une cheerleader universitaire et j’ai fait un show alors que j’étais à mon deuxième jour de règles. Elles sont très abondantes parce que je suis endométrique, mais durant tout le show j’étais très à l’aise, dans un grand confort et malgré que j’ai beaucoup bougé , il n’y a eu aucune fuite. tout ça, invisible sous mon uniforme, merci FEMPO <3

Emilie, J’ai pu tester la POWER++ et ça a été très concluant ! J’avais en plus un cycle particulièrement hémorragique avec mon endométriose, mais malgré tout au bout de 10h aucune fuite ni sensation d’humidité. Je me sentais bien protégée même lorsque je pratiquais le yoga. Bref, je suis conquise et je ne souhaite plus qu’utiliser des culottes menstruelles à l’avenir !

 

Pour aller plus loin, vous pouvez lire nos articles proposant des solutions pour soulager les douleurs liées aux règles, des recettes pour réduire les maux de ventre, ou des conseils pour utiliser le gingembre pour apaiser ses douleurs !

 

On vous recommande aussi les sites des associations Endofrance  (instagram : @endofrance), ENDOmind (instagram : @endomind_fr), le groupe facebook Mon Endométriose Ma Souffrance, ou le compte insta @infoendometriosequi sont super complets !

Vous pouvez aussi rejoindre le groupe de parole d'ENDOmind sur facebook : Ma vie avec l'endométriose 😊

 

On espère que cet article vous permettra de mieux comprendre l'endométriose, de savoir comment se faire diagnostiquer et comment traiter la maladie ! Si vous voulez échanger à propos de votre endométriose, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire 😊